Mercredi 31 octobre


Je me suis levé comme chaque matin à 5h pour partir de la maison à 6h et prendre mon ferry à 6h15. Je suis d'abord descendu prendre ma douche, j'avais presque fini quand j'ai entendu une espèce de réveil matin sonner dans toute la maison. Je demande ce qui ce passe, et on me dit qu'il s'agit de l'alarme incendie et que les portes de la maison sont restés ouvertes toute la nuit. Je remonte avec quelques minutes de retard et, pour ne pas rater mon ferry, je ne prends pas de café. Heureusement, une fois dans le ferry avec Corentin, on est très bien accueillis et on nous sert un café norvégien, c'est-à-dire brûlant et sans sucre. Arrivé à 7h30 au port de Nesvik après la demi heure d'escale obligatoire à mi parcours pour nettoyer le bateau, j'ai encore dû attendre jusqu'à 8h 10 qu'on vienne me chercher. Dans le bateau, j'ai fait la connaissance d'un nouveau stagiaire venu faire un stage de découverte dans mon entreprise. Avant de commencer le boulot, un autre café norvégien et on est partis « faire les morts ». C'est le Norvégien qui m'accompagnait qui se chargeait de monter le grand filet pour récupérer les poissons morts au fond de la cage, et je devais compter les trois espèces différentes : les saumons, les vielles et les lompes. Les entreprises norvégiennes mettent des vielles et des lompes dans leurs cages pour lutter contre le pou du saumon. J'ai donc compté les morts dans les deux premières cages, puis Sondre m'a dit de laisser faire le stagiaire. En attendant, j'ai pu prendre des photos.

mercredi_31_01

Sur la photos, Sondre explique au stagiaire comment faire les morts.

On a fini vers 10h30, j'ai pu donc continuer ce que je fais depuis maintenant 4 jours, un travail assez simple mais très répétitif : capturer puis tuer les saumons trop petits dans chaque cage.

Ce que je dois faire en image :

mercredi_31_02mercredi_31_03

Repérer les petits poissons qui nagent près de la surface.

mercredi_31_04mercredi_31_05

Les tuer de la façon la plus rapide possible. Les compter. Il y en à environ 60 par cage, mais on ne peut en capturer qu'une trentaine par jour.

Les norvégiens mangent à 11h, et on reprend le travail vers midi. Pendant ce temps, j'ai pu regarder un épisode des Simpson en anglais sous titré en norvégien. Ce fut fort instructif...

Quand le travail a repris, j'ai continué à prendre les queue de lots dans les cages, et ce jusqu'à 15h30. On m'a ramené jusqu'au port de Nesvik, où j'ai dû attendre jusqu'à 17h que le ferry vienne me chercher, comme tous les jours. Quand je suis arrivé à Finnøy, Baptiste et Laëticia m'attendaient en pêchant. Après avoir fini la partie de pêche, on est rentrés à la maison pour préparer nos valises. On nous a aussi demandé d'aller ramasser les casiers de pêche, on y est donc allés tout les trois. C'est alors qu'on a eu la surprise de voir qu'un chat y était enfermé! Sans doute attiré par l'odeur du poisson, un beau chat noir était resté coincé au fond du casier. Après l'avoir aidé à sortir, on est revenus pour prendre le repas du soir avec les autres. Pas le temps de jouer aux cartes, demain, c'est notre dernière journée de stage, bonne nuit!

Guillaume L.

 

logo_centenaire